Visons et Covid-19 : les infections aux Pays-Bas et au Danemark représentent un risque de réservoir

Deux millions de visons ont été éliminés depuis le début de la contamination par le virus de la Covid-19 aux Pays-Bas.

© Rokas - Adobe

Jeanne BRUGÈRE-PICOUX

Professeur honoraire de pathologie du bétail et des animaux de basse-cour (ENVA)

Membre de l'Académie nationale de médecine et de l'Académie vétérinaire de France

Épidémiologie

Les infections par le virus de la Covid-19 se poursuivent dans les élevages néerlandais et danois de visons. Une étude confirme le risque d'un réservoir de Covid-19 représenté par les élevages de visons infectés.

Aux Pays-Bas, un total de 52 fermes de visons (sur 120 fermes) sont maintenant déclarées infectées* (au 14 septembre). Il existe toujours un risque de contamination pour les techniciens entrant à l'intérieur des bâtiments alors que ce risque est négligeable pour le voisinage (pas de cas humains pouvant être rapportés à une contamination de ce type chez les voisins et pas de virus détecté à l'extérieur des bâtiments).

Vers une interdiction aux Pays-Bas

Les élevages de visons représentent cependant un réservoir de virus et les autorités néerlandaises souhaitent leur interdiction le plus rapidement possible, donc avant 2024 (date initialement prévue pour une interdiction définitive).

Deux millions de visons ont été éliminés depuis le début de la contamination par le virus de la Covid-19 aux Pays-Bas**.

On peut comparer ce chiffre aux 26 millions de visons élevés en Chine (premier pays producteur, sans ferme signalée infectée). Les autres pays atteints sont le Danemark, où un sixième élevage a été déclaré infecté début septembre***, l'Espagne et les États-Unis.

Alors que les cas humains de Covid-19 diminuent, l'observation de l'augmentation des cas dans les élevages de visons inquiète certains scientifiques.

Évaluer le risque de transmission à l'Homme

Une publication de bioRxiv, se rapportant aux deux cas humains contaminés par les visons et aux 16 fermes infectées aux Pays-Bas, analyse les foyers observés dans ces fermes et le risque de transmission à l'Homme****.

97 personnes liées à ces fermes (en particulier les éleveurs) ont été testées (sérologie et RT-PCR). 66 personnes se sont révélées contaminées : 43 sur 88 (49 %) se sont avérées positives par RT-PCR et 38 sur 75 (51%), séropositives.

S'il s'avère que des élevages de visons ont pu être contaminés par l'Homme, cette étude confirme la transmission du vison vers l'Homme.

Les études virologiques ont permis d'identifier 5 foyers (ou clusters) pour ces 16 fermes. Pour certains virus identifiés chez l'Homme ou le vison, la contamination peut s'expliquer par une infection d'origine humaine, du fait d'éleveurs propriétaires de plusieurs fermes ou de personnel intervenant dans différentes fermes, ou par des cas de contamination avérée du vison vers l'Homme.

Cependant, ces études ne permettent pas d'expliquer tous les cas de Covid-19 pour les 66 personnes ayant été infectées.

Cette étude confirme le risque d'un réservoir de Covid-19 représenté par les élevages de visons infectés déjà évoqué dans le communiqué bi-académique de l'Académie de médecine et de l'académie vétérinaire de France du 23 juillet 2020 (lire à l'adresse : https://bit.ly/2FzSquP).

* Promed, 14 Sep 2020. Source : News, Dutch government's website (en néerlandais). https://www.rijksoverheid.nl/actueel/nieuws/2020/09/14/twee-nieuwe-besmettingen-covid-19-bij-nertsenbedrijven.

** https://www.dutchnews.nl/news/2020/09/at-least-66-people-linked-to-fur-farms-have-had-coronavirus-with-mink-a-likely-source.

*** https://www.fas.usda.gov/data/denmark-sixth-danish-mink-farm-infected-coronavirus.

**** Oude Munnink BB et al. Jumping back and forth : anthropozoonotic and zoonotic transmission of SARS-CoV-2 on mink farms, bioRxiv preprint doi : https://doi.org/10.1101/2020.09.01.277152.

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1541

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants