« Vous êtes de ceux qui font évoluer les lois »  : Jean-Pierre Kieffer reçoit les insignes de chevalier de la Légion d'honneur

Le président du Sénat, Gérard Larcher, a remis les insignes de chevalier de la Légion d'honneur à notre confrère Jean-Pierre Kieffer, ici aux côtés de son épouse Danièle et entouré de ses enfants et petits-enfants.

© M.J.

Distinction

Président de l'OEuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs, notre confrère Jean-Pierre Kieffer a reçu, des mains de notre confrère Gérard Larcher, président du Sénat, les insignes de chevalier de la Légion d'honneur. La cérémonie fut l'occasion de saluer son action dans ses deux domaines de prédilection : la défense des vétérinaires et celle des animaux.

Le président du Sénat, notre confrère Gérard Larcher, a remis, le 6 octobre, dans les salons de la présidence du Sénat, les insignes de chevalier de la Légion d'honneur à notre confrère Jean-Pierre Kieffer, en présence de sa famille, de nos confrères Arnaud Bazin, sénateur, et Loïc Dombreval, député, et de nombreux représentants de la profession et d'associations de protection animale.

Fait relativement rare, Jean-Pierre Kieffer a été élevé à cette distinction pour son action en faveur de la cause animale, plus précisément au titre de « président du conseil national d'une organisation pour la protection animale », en l'occurrence l'OEuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs (OABA).

Gérard Larcher a bien sûr salué le vétérinaire, dont la vocation, intimement liée à sa sensibilité pour la cause animale, s'est exprimée, dès l'âge de 12 ans, lorsqu'il a sauvé son chiot cocker après que l'animal eut ingéré accidentellement des lames de rasoir.

Défense des vétérinaires

Sorti de l'école vétérinaire de Toulouse en 1975, Jean-Pierre Kieffer s'est installé en clientèle canine dans sa ville natale à Drancy en 1978 et se consacre rapidement, en parallèle, à l'autre activité qui lui tient à coeur : la défense de la profession vétérinaire.

Tout d'abord responsable de SOS Vétérinaires Ile-de-France, il devient président du Syndicat des vétérinaires de la région Paris-Ile-de-France, associant dans son action défense des vétérinaires et convivialité au travers notamment du Rallye des vétérinaires d'Ile-de-France, cofonde le Syndicat national des vétérinaires d'exercice libéral, dont il devient le premier secrétaire général.

A ce titre, il négocie les conventions collectives de la branche vétérinaire, alors que le ministre du Travail n'était autre que... Gérard Larcher, comme l'a rappelé ce dernier.

Ces responsabilités ne le détournent cependant pas de son autre passion, la défense des animaux. Grand admirateur de notre confrère, pionnier dans ce domaine, Fernand Méry, il rentre en 1985 au bureau du Conseil national de la protection animale fondé par ce dernier et en devient le président en 2010 (fonction qu'il occupe encore aujourd'hui), puis celui d'Eurogroup for animals pendant six ans.

Vingt ans de présidence de l'OABA

Il rejoint l'OABA aux côtés de sa présidente-fondatrice Jacqueline Gilardoni en 1991 et en devient le président en 2001, fêtant cette année ses 20 ans de présidence de l'association qui coïncident avec les 60 ans de la création de l'OABA. Il vient d'ailleurs de publier, à cette occasion, un livre de 165 pages sur « 60 années de protection des animaux, de la naissance à l'abattage » (lire DV n° 1574).

Gérard Larcher a salué l'action de l'OABA dans l'accueil des animaux, son rôle dans les audits de protection animale en abattoirs et dans le dossier plus récent de l'étiquetage Bien-être animal dans la distribution alimentaire.

« Vous êtes de ceux qui font évoluer les lois », a-t-il lancé à l'adresse du récipiendaire, tout en rappelant les différentes étapes de l'évolution du statut de l'animal « dans la lignée de la loi Grammont de 1850 ».

Jean-Pierre Kieffer s'est dit honoré de recevoir cette distinction, le fait que ce soit Gérard Larcher qui lui en remette les insignes lui conférant encore plus de valeur à ses yeux.

Notre confrère est également chevalier de l'ordre national du Mérite et commandeur de l'ordre du Mérite agricole. M.J. 

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1589

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants