Dyspnée et abattement chez un chat européen de six ans : quel est votre diagnostic ?

Images échographiques du thorax crânial.

© D.R.

Lorris LECOT

Interne animaux de compagnie

Alexandra NECTOUX

Résidente ECVECC, unité du Siamu

Céline POUZOT-NEVORET

Dip. ECVECC, maître de conférences, unité du Siamu

VetAgro Sup

Exposé

Un chat européen mâle castré de six ans est présenté pour dyspnée et abattement évoluant depuis 4 jours.

L'examen clinique révèle une dyspnée mixte avec une respiration bouche ouverte associée à une tachypnée à 56 mouvements par minute.

Une échographie FAST thoracique (Focused Assessment with Sonography for Trauma, Triage and Tracking) montre la présence d'un épanchement pleural bilatéral en quantité importante (photo n° 1).

Lors de cet examen, une masse médiastinale hétérogène crâniale au coeur est également mise en évidence (photo n° 2).

Les analyses sanguines biochimique et hématologique sont conformes aux valeurs usuelles.

Le statut rétroviral du chat est positif pour la leucose féline et négatif pour le virus d'immunodéficience féline.

1/ Quelle est votre prise en charge d'urgence ?

2/ Pour avancer dans la démarche diagnostique, quels examens complémentaires sont à réaliser sur le liquide d'épanchement ?

3/ Décrivez les images échographiques du thorax crânial réalisées dans un second temps. Quelles sont vos hypothèses diagnostiques ?

Réponses

1/ Quelle est votre prise en charge d'urgence ?

La prise en charge d'urgence de toute détresse respiratoire consiste en une oxygénothérapie, dont la technique est à adapter à la tolérance de l'animal, et une sédation afin de diminuer les besoins en oxygène de l'animal.

Dans ce cas, une oxygénothérapie en flow by et une injection intraveineuse de butorphanol à 0,2 mg/kg sont réalisées. Étant donné la présence d'un épanchement pleural en quantité importante, une thoracocentèse doit être réalisée en urgence.

Dans ce cas, elle permet de récolter 180 ml d'un épanchement sérohémorragique et de normaliser la courbe respiratoire du chat.

2/ Pour avancer dans la démarche diagnostique, quels examens complémentaires sont à réaliser sur le liquide d'épanchement ?

La mesure de la densité (1 030) et du taux de protéines (54 g/l) dans le liquide d'épanchement sont en faveur d'un exsudat. La cellularité élevée (93 000 cellules/µl) confirme la nature de l'épanchement.

L'analyse cytologique du liquide d'épanchement révèle des cellules rondes, à fort rapport nucléocytoplasmique, d'origine lymphoïde et de diamètre supérieur à un neutrophile, en faveur d'un épanchement lymphomateux.

3/ Décrivez les images échographiques du thorax crânial réalisées dans un second temps. Quelles sont vos hypothèses diagnostiques ?

La présence d'un contenu anéchogène au sein de l'espace pleural en quantité modérée (photo n° 1) est notée.

Une masse hétérogène de 45 mm de diamètre non vascularisée au Doppler couleur est visible crânialement au coeur (photo n° 2).

Elle est prioritairement compatible avec une infiltration lymphomateuse compte tenu du statut FeLV positif. Une lymphadénite réactionnelle ou un thymome ne peuvent cependant être exclus.

Des cytoponctions échoguidées de la masse sont réalisées.

L'analyse cytologique révèle des cellules rondes identiques à celles de l'épanchement, en faveur d'un lymphome médiastinal de haut grade.

Une prise en charge par chimiothérapie est réalisée par la suite. L.L., A.N. & C.P.-N.

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1579

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants