Vétérinaires libéraux : une diminution du revenu moyen inédite en 2016

L'analyse porte sur 10 885 revenus de vétérinaires libéraux en enlevant 147 revenus négatifs.

© Brian Jackson - Adobe.com

François COUROUBLE

CARPV**

Pour Valovet

Analyse

L'analyse des revenus des vétérinaires libéraux en 2016, au travers d'un montant « base sociale » qui permet une comparaison plus aisée avec les revenus imposables des salariés, montre, comme tous les ans, une nette différence de revenus en défaveur des femmes par rapport aux hommes. Une évolution inédite est cependant constatée : le revenu moyen est inférieur en 2016 par rapport à l'année précédente.

L'analyse des revenus présentée ci-dessous a été réalisée à partir du montant « base sociale »* de 11 032 vétérinaires libéraux non déficitaires collectés au 31 décembre 2016 par la CARPV**, à comparer aux 11 130 vétérinaires libéraux inscrits à la CARPV au cours de l'année 2016.

Avec un effectif de 4 163, les femmes représentent 38,48 % des vétérinaires libéraux en 2016, en augmentation de 1,15 % par rapport à 2015. Ce pourcentage était de 28 % en 2009.

Pour l'ensemble de la population, l'âge moyen est de 46,55 ans (+ 0,20 ans par rapport à 2015), avec 49,10 ans pour les hommes et 42,49 ans pour les femmes.

La médiane*** montre un écart supérieur de 9 ans entre les hommes et les femmes, ce qui traduit la part supérieure des femmes dans les jeunes générations et celle supérieure des hommes dans les générations plus âgées.

La « base sociale » (ou revenu) retenue dans cette analyse correspond au revenu imposable augmenté des parts des « dividendes » socialisés et des cotisations facultatives sous contrat Madelin.

Dans le texte, sont employés indifféremment les termes « base sociale » et « revenu » pour la même donnée.

L'analyse concerne 10 885 revenus en enlevant 147 revenus négatifs dont 81 femmes avec une surreprésentation des classes d'âge de début d'activité (moins de 35 ans) et de fin d'activité (plus de 60 ans).

Générations les plus nombreuses sur la tranche 51-56 ans

Les générations des vétérinaires libéraux les plus nombreuses se situent dans la tranche 51/56 ans et 36/40 ans avec une moyenne annuelle de 355 vétérinaires libéraux pour une moyenne de 315 entre 41 et 50 ans (schéma n° 1).

La répartition dans les tranches d'âge montre une surreprésentation des femmes dans les tranches jusque l'âge de 38 ans avec, pour les moins de 35 ans, environ 60 % des vétérinaires libéraux qui sont des femmes.

Cette donnée dément l'idée répandue que les femmes surtout jeunes sont salariées et ne souhaitent pas s'engager dans un statut libéral.

Moins bien en moyenne en 2016 qu'en 2015

Les chiffres bruts des revenus des vétérinaires libéraux , 67 097 euros en moyenne, soit une baisse de 1,53 % par rapport aux revenus 2015, soulignent l'écart très important entre les revenus des femmes, 49 558 euros en moyenne (soit une augmentation de 1,22 % par rapport aux revenus 2015), et des hommes, 77 959 euros en moyenne, soit une baisse de 1,60 % par rapport aux revenus 2015 (tableau n° 1).

Attention, il ne s'agit pas des mêmes vétérinaires puisqu'environ 400 d'entre eux ont quitté le statut libéral (retraites, reconversion, passage en salarié) et 600 y sont entrés (dont 120 réinscriptions).

L'âge moyen des entrants étant très inférieur à celui des sortants, la hausse des revenus constatés sur une population constante ne compense pas la baisse des revenus due au remplacement des vieilles générations aux revenus plus importants par des jeunes générations.

L'âge plus faible, le type d'activité, le lieu d'installation et le temps de travail sont les critères probablement les plus importants pour expliquer ces écarts.

Serait-ce aussi une conséquence de l'entrée en vigueur de la loi d'avenir pour l'agriculture ? L'analyse des données disponibles ne permet pas de conclure.

L'analyse des chiffres par quartile (tableau n° 2) montre que 25 % des vétérinaires ont des revenus inférieurs à 34 195 euros (nous étions à 34 397 en 2015) avec une moyenne de 19 495 euros (ce qui correspond à un revenu moyen net de 1 633 euros par mois) et que 25 % ont plus de 89 278 euros de revenus (stable par rapport à 2015) avec une moyenne à 129 021 euros (soit 10 752 euros par mois).

Évolution différente de celle des revenus salariés

Bien sûr, dans le premier quartile, se retrouvent les vétérinaires qui se sont installés dans l'année (revenus sur quelques mois) ou depuis peu d'années ainsi que les vétérinaires en fin d'activité partielle.

L'analyse de l'évolution des revenus dans le temps montre une courbe en cloche avec une augmentation constante depuis l'installation jusqu'à l'âge de 45/50 ans, puis une baisse continue jusqu'à l'âge de la retraite mais une relative stabilité entre 35 et 62 ans (schéma n° 2).

On retrouve la même structure sur les moyennes des bases sociales, que ce soit chez les hommes ou les femmes, avec un niveau constamment inférieur pour les femmes.

Cette courbe est totalement différente pour les vétérinaires salariés qui ont une montée constante des revenus du début en fin d'activité.

Prévoyance et retraite Madelin

A partir du revenu calculé après déduction des seules cotisations sociales obligatoires, le vétérinaire en consacre une partie pour sa prévoyance facultative ou la mise en place d'un plan retraite supplémentaire dans le cadre des contrats Madelin.

L'un ou l'autre de ces dispositifs concerne 85,8 % des vétérinaires pour une somme moyenne de 5 302 euros, soit 7,90 % des revenus (7,77 chez les hommes et 8,14 chez les femmes) (tableau n° 3).

La part plus importante chez les femmes correspond à une part plus importante pour les revenus les plus bas, une protection minimale type complémentaire maladie ayant le même coût, quel que soit le revenu.

L'augmentation de la part des cotisations facultatives avec l'âge est due d'une part à l'augmentation de primes avec l'âge mais aussi à la souscription de contrats retraite. 

* Les chiffres présentés dans cet article correspondent à la « base sociale » des vétérinaires libéraux issue des déclarations sociales des indépendants effectuées sur Net-entreprise en mai et juin 2017 pour les revenus 2016.

** CARPV : Caisse autonome de retraite et de prévoyance des vétérinaires.

*** La médiane d'une série statistique est le nombre qui sépare la série (ordonnée en valeurs croissantes) en deux groupes de même effectif. A ne pas confondre avec la moyenne.

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1446

Envoyer à un ami

Mot de passe oublié



Reçevoir ses identifiants