UniLaSalle : « La découverte, accompagnée, du métier est indispensable »

Caroline Boulocher est directrice du collège vétérinaire et de la formation vétérinaire à l'Institut UniLaSalle Rouen.

© D.R.

Formation

Les stages font partie du cursus vétérinaire quel que soit l'établissement qui dispense la formation. La nouvelle école vétérinaire privée d'intérêt général du campus UniLaSalle de Rouen ne fait pas exception à la règle et sa directrice, notre consoeur Caroline Boulocher, souligne la place prépondérante des stages qui, outre la préparation à la future vie professionnelle, permettent aux étudiants d'acquérir des compétences transversales.

La Dépêche Vétérinaire : Comment intégrez-vous les stages dans des structures vétérinaires dans le cursus vétérinaire que propose votrecampus ?

Caroline Boulocher, directrice du collège vétérinaire et de la formation vétérinaire à l'Institut UniLaSalle Rouen : Le souhait de notre formation est de préparer les étudiants à devenir des professionnels épanouis. Cela passe nécessairement par la découverte, accompagnée, de différents métiers et activités en lien avec la profession vétérinaire. Il s'agit de les faire progresser dans les interactions avec les professionnels, leur permettre d'identifier/comprendre la pluralité de contextes et d'enjeu de différents métiers, tout en développant des compétences spécifiques et transversales. Et puis, je crois que beaucoup de carrières professionnelles sont des histoires de rencontres et de découvertes. 

Nous avons donc intégré le maximum de semaines de stage obligatoire recommandé par l'AEEEV*, soit 36 semaines sur 6 années. Nous avons choisi le découpage du RCVS** pour répartir ces stages selon le cycle, soit 16 semaines durant le cycle propédeutique (années 1 à 3) et 20 semaines durant le cycle clinique (années 2 à 3) dont un stage long dit de pré-professionalisation de 12 semaines en 5e année (l'idée est d'éclairer le choix de la filière d'approfondissement, cela peut aussi être un stage en industrie ou en recherche). 

Ainsi, les étudiants qui entrent en 2e année ont déjà réalisé 5 semaines de stage, le premier en S1 pour découvrir les collectivités animales, sur une semaine (c'est le stage le plus court du cursus) et 4 semaines de stage en S2 en élevage (bovin, ovin, porcin, aviaire ou piscicole) pour comprendre le fonctionnement global d'une exploitation agricole et ses liens avec la profession vétérinaire. En S3 et S4, les étudiants ont 2 fois trois semaines de stage, l'un pour découvrir le milieu porcin ou aviaire de production (en élevage ou auprès d'un vétérinaire) (s'ils ont déjà fait du porcin ou aviaire en S2 ils doivent faire du ruminant), l'autre pour découvrir la filière agro-alimentaire de transformation de denrées d'origine animale. 

Les étudiants sont également incités à faire des stages « non obligatoires » que nous avons structuré le week-end et les congés en clinique équine (10 étudiants sont inscrits et 10 nouveaux premiers années les rejoignent) et nous finalisons les démarches pour des stages « non obligatoires » en clinique rurale. Nous ferons ensuite de même pour les animaux de compagnie. 

D.V. : Quels sont les objectifs que vous définissez pour ces stages de formation et comment sont-ils préparés ?

C.B. : Chaque stage est associé à des objectifs pédagogiques (approche par compétences), accompagné d'enseignements en face à face (c'est-à-dire avec un enseignant) pour le préparer et évalué avec un rendu de format variable selon le stage (rapport, portfolio, vidéo...). 

Aussi, une fiche d'unité d'enseignement (UE) décrit les objectifs du stage, rapporte les capacités et compétences du référentiel national visées par le stage, le cahier des charges du stage (contexte administratif, missions confiées, équipe pédagogique, modalités d'évaluation du stage) et les acquis d'apprentissage (compétences spécifiques et compétences génériques). 

Par exemple, pour le stage de 4 semaines du second semestre en exploitation bovine ou porcine, les étudiants ont, en amont, des enseignements sur les filières d'élevage. Ils ont eu de premières notions d'abord/contention des bovins et ont également des enseignements sur l'élaboration de leur projet professionnel. Les étudiants ont aussi accès à un guide de stage en exploitation agricole et aux attendus rédactionnels/grille d'évaluation du rapport. 

D.V. : Comment sont choisies les structures qui accueillent les stagiaires ?

C.B. : Les étudiants sont libres de proposer les structures d'accueil de leur choix pour autant qu'elles répondent au cahier des charges défini dans la fiche UE. Ensuite, il y a une validation par le responsable de l'UE.

Si l'étudiant peine à trouver, il est bien sûr épaulé dans sa recherche (nous avons une base de données très étendue en élevage, agro-alimentaire et constituons une base de données pour les stages vétérinaires). 

Les étudiants ont par ailleurs la possibilité de joindre l'enseignant responsable de l'UE pendant leur stage.

* AEEEV : Association des établissements européens d'enseignement vétérinaire.

** RCVS : Royal College of Veterinary Surgeons.


Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1681

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants