Une seule santé " One Health " ... en pratique

Retour sur la conférence du 17 mars 2021

de Hélène SOUBELET

Un an après le premier confinement, la mise en pratique du concept « Une seule santé » a fait l'objet d'une ambitieuse conférence en ligne organisée le 17 mars dernier à Lyon, dans les locaux de VetAgro Sup avec un triple objectif : passer des messages scientifiques, mettre en débat le concept d'une seule santé et enfin produire des recommandations opérationnelles.

Dans le domaine « Une seule santé », plus connu sous la dénomination anglophone « One health » (cf. encadré 1), les communautés sont bien identifiées : les vétérinaires, à qui on doit de reconnaître qu'ils ont été la cheville ouvrière du concept, les médecins qui les y ont rejoint assez vite et les écologues dont l'intégration a été plus tardive et qui ont de leur côté développé la notion d'écologie de la santé.

Cependant, peut-on vraiment mettre en pratique un concept de cette ampleur et de cette ambition ?

Mwangi et al. (2016) ont par exemple démontré que si les réponses nationales et internationales à la récente crise Ebola ont permis de contenir l'épidémie, certaines lacunes importantes restaient à combler en termes de sensibilisation et de gestion des maladies : l'insuffisance de surveillance et de modélisation écologique de l'infection et de la transmission des zoonoses, l'insuffisance des systèmes de diffusion rapide et d'éducation des communautés aux aspects écologiques de l'apparition et de la gestion des maladies et l'insuffisance des ressources engagées dans l'amélioration de la sécurité alimentaire pour limiter l'empiètement sur l'environnement et l'exposition aux zoonoses.

Une conférence qui a mobilisé à tous les niveaux

On peut sans doute considérer que, sept ans après la première du genre en France, la conférence elle-même a été une mise en pratique réussie sur l'aspect communication (plus de 1500 participants en ligne au long de la journée) et sur l'aspect collaboration interdisciplinaire. En effet, sur impulsion de l'association Humanité & Biodiversité, et notamment d'un de ses administrateurs, Gilles Pipien, la conférence a été a organisée par des vétérinaires (via la Fédération des Syndicats Vétérinaires de France et VetAgro Sup), des médecins (via l'Association Santé Environnement France) et des écologues (via Humanité & Biodiversité, France Nature Environnement et la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité).

L'autre succès est la présence à haut niveau politique, tant national que régional. Les débats ont été ouverts ou clôturés par de très nombreuses interventions : le ministre de l'agriculture (Julien de Normandie), la secrétaire d'Etat à la biodiversité (Bérangère Abba), la députée, présidente du Groupe Santé Environnement (Elisabeth Toutut-Picard), plusieurs directeurs généraux d'administration centrale (Bruno Ferreira, directeur général de l'Alimentation, Cédric Bourillet, directeur général de la Prévention des Risques, Stéphanie Dupuy-Lyon, directrice générale de l'Aménagement, du Logement et de la Nature, Thierry Courtine, Chef du service de la Recherche et de l'innovation, CGDD), le maire de Lyon (Grégory Doucet), le Vice-Président chargé de l'enseignement supérieur et de la recherche à la Métropole de Lyon (Jean-Michel Longueval) et le Vice-Président chargé de l'enseignement supérieur et de la recherche à la Région Auvergne Rhône-Alpes (Yannick Neuder).

Une conférence qui a permis de passer des messages forts

Les messages politiques de la conférence ont été formalisés dans une déclaration finale qui a réaffirmé l'interdépendance de la santé humaine avec la santé des animaux, la santé des plantes, le fonctionnement des écosystèmes et le climat et a reconnu que, dans un contexte où le travail en silo était encore trop souvent la norme il était néanmoins « possible et urgent de passer à l'action, en changeant de paradigme pour mettre en place des actions préventives s'appuyant sur l'approche transversale « Une seule santé ».

Pour cela, les organisateurs ont précisé, entre autre, que plusieurs outils existaient et pouvaient être mobilisés :
- « se doter de mesures législatives et réglementaires pour mener résolument une politique de santé publique prenant en compte, en lien avec la notion de santé-environnement, le concept «Une seule santé» »,
- mettre en place concrètement « des actions opérationnelles transversales et pluridisciplinaires »,
- s'appuyer « sur des opérateurs déjà très engagés comme l'ANSES et l'OFB, et une recherche interdisciplinaire regroupant les principaux organismes concernés (ANR, CNRS, INSERM, FRB, INRAE, CIRAD, ANSES, INERIS, ...) et leurs alliances ».

Peut-on identifier des recommandations opérationnelles ?

Dernier gros succès qui peut être salué, la production de près de 60 recommandations par 7 groupes de travail mobilisés entre décembre 2020 et mars 2021 dont les thèmes (cf. encadré 2) avaient été sélectionnés sur la base d'une liste plus large par le conseil scientifique du programme (cf. encadré 3) et dans l'objectif que cette conférence soit une première étape à un programme de travail sur plusieurs années.

Une première typologie des recommandations a pu être élaborée à l'occasion de la conférence et montre que plus de la moitié des recommandations (35) concernent les aspects éducation et formation, réforme de gouvernance ainsi que communication et mise en réseau, probable signe que la perception des acteurs de la nécessité de casser les silos, et ce dès le plus jeune âge, est cruciale. En proportion, trois fois moins d'actions (12) ont été proposées pour la prévention des futures crises sanitaires, le renforcement des moyens (financier, matériel et humain) et l'évolution des pratiques ou de la réglementation (cf. fig. 1), ce qui laisse l'opportunité pour de futurs travaux focalisés sur ces aspects.

Tous les résultats de ces groupes de travail ainsi que les vidéos des présentations et des tables rondes seront mises en ligne sur le site de la conférence.

Vous pouvez aussi les visualiser sur : https://bit.ly/3wGhMwC.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Mwangi W, de Figueiredo P, Criscitiello MF (2016) One Health: Addressing Global Challenges at the Nexus of Human, Animal, and Environmental Health. PLoS Pathog 12(9): e1005731. https://doi.org/10.1371/journal.ppat.1005731

Site de la conférencehttps://uneseulesante-vetagrosup.mystrikingly.com/

Déclaration finalehttps://uploads.strikinglycdn.com/files/f7c0c7bb-fc3e-4c9b-8d3b-f6d43848185c/Une%20sant%C3%A9%20D%C3%A9claration%20finale%20V190321-AC-CQ.pdf

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants