Lien forêt-déforestation-émergence de maladies infectieuses : fragilité des connaissances sur un enjeu majeur

Les humains exploitent de plus en plus leur environnement et sont, par conséquent, plus exposés à certains agents pathogènes jusqu'alors ignorés.

© Antonel - Adobe

Recherche

La pandémie de Covid-19 met en lumière l'importance de certains domaines scientifiques jusque-là peu étudiés, comme le lien entre les écosystèmes, leur biodiversité et l'émergence de nouvelles maladies infectieuses.

En effet, les humains exploitent de plus en plus leur environnement et sont, par conséquent, plus exposés à certains agents pathogènes jusqu'alors ignorés.

Des chercheurs de l'Inrae*, du Cirad**, de l'IRD*** et de l'Institut Pasteur de la Guyane ont effectué, dans la revue Environmental Research Letters****, une analyse de synthèse bibliométrique sur un corpus de 565 publications, entre 1953 et 2018, sur les liens entre forêts, déforestation et maladies infectieuses émergentes.

Il en ressort que seules 165 d'entre elles traitent, en pratique, du lien entre forêts, déforestation et maladies émergentes, permettant d'apporter des éléments de compréhension au débat actuel, relève le Cirad sur son site Internet, le 7 mai dernier. Mais comment expliquer un tel écart ?

Les scientifiques ont donc étudié plus en détail ces résultats et en concluent qu'un très grand nombre de ces articles traitent en réalité une partie souvent infime du cycle infectieux (les insectes vecteurs ou les animaux réservoirs uniquement) mais beaucoup moins les interactions qu'ils entretiennent avec des virus, des bactéries ou des protozoaires.

Approche trop sectorielle

De surcroît, une très grande majorité de ces articles ne fait pas le lien avec les cas humains. Le sujet forêts, déforestation et maladies émergentes est donc finalement très peu abordé, même si un grand nombre d'articles le déclarent comme tel dans leur titre ou leur résumé.

De plus, les chercheurs notent un biais taxonomique dans les articles dans la mesure où un grand nombre de travaux concernent la maladie de Lyme et les leishmanioses cutanées. La plupart se réfèrent aussi à des travaux en Amérique du Nord et en Amérique centrale et du Sud.

« Ce type d'analyse de synthèse, ce que l'on appelle aujourd'hui « de la recherche sur la recherche » est essentiel pour avoir une vision objective et factuelle et ainsi permettre d'orienter au mieux la recherche », commente le Cirad. « L'exemple traité ici illustre bien l'importance de ce type d'étude et souligne que la plupart des travaux abordent ces sujets complexes de manière encore très sectorielle, bien qu'ayant une approche initiale One Health. »

Au-delà, cette étude démontre la nécessité de mieux approfondir les connaissances autour de l'émergence des maladies infectieuses humaines et de leur transmission en prenant mieux en compte les composantes environnementales mais aussi anthroposociologiques, économiques et politiques. M.J.

* Inrae : Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement.

** Cirad : Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement.

*** IRD : Institut de recherche pour le développement.

**** Jean-Francois Guégan, Ahidjo Ayouba, Julien Cappelle and Benoit de Thoisy (2020). Forests and emerging infectious diseases: unleashing the beast within. Environmental Research Letters.

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants