L'association Vetericare pour aider au financement des soins

Céline Porret-Condamin et Guillaume Condamin ont fondé Vetericare avec l'objectif notamment de diminuer le nombre d'euthanasies pour motif financier.

© D.R.

Médecine solidaire

Praticiens vétérinaires pendant 15 ans, Céline Porret-Condamin et Guillaume Condamin lancent Vetericare, une association loi 1901 vouée au financement de soins vétérinaires à destination de propriétaires qui n'en ont pas les moyens.

Au cours de leur carrière, les deux fondateurs ont en effet à plusieurs reprises dû gérer des situations délicates qui les ont conduits à devoir envisager l'euthanasie d'un animal qui pouvait être sauvé, en raison d'un manque de moyens de ses propriétaires.

« De surcroît, la méconnaissance du coût des soins médicaux, dans un contexte émotionnel difficile, peut être source d'incompréhension, de tensions, voire de « véto-bashing » sur les réseaux sociaux, exacerbé par une image parfois trop « financière » de la profession et un défaut de (re)connaissance de la solidarité quotidienne des vétérinaires », soulignent-ils.

Vetericare vise donc à accompagner les vétérinaires et leurs équipes confrontés à ces situations et à aider les familles en difficulté en participant au financement de soins lourds pour leur animal.

L'objectif est notamment de diminuer le nombre d'euthanasies pour motif financier et « de valoriser l'action sociale, l'image des structures et de la profession vétérinaire », expliquent nos confrères.

Opérationnelle début mars

La plate-forme Vetericare.fr, qui sera opérationnelle début mars, permettra, en quelques clics, la création et le suivi des dossiers par l'établissement de soins vétérinaire.

« Vetericare prendra en charge dans un premier temps les maladies lourdes dont le pronostic est bon après réalisation des soins », précisent les fondateurs. Ce montant laisserait cependant une part à la charge des propriétaires (de l'ordre de 20 %).

Pour avoir accès à la plate-forme, les établissements vétérinaires devront être adhérents à l'association. Le propriétaire de l'animal participe au montage du dossier de financement notamment en envoyant son dernier avis d'imposition.

Il s'engage également à suivre, via la plateforme Vetericare, une courte formation pédagogique sur le coût des soins médicaux, l'intérêt de la médecine préventive et d'une souscription à une mutuelle ou à tout autre système de financement permettant d'assurer des soins imprévus.

Les recettes de l'association seront constituées notamment des adhésions des établissements de soins mais aussi du mécénat d'entreprise (SantéVet Solidarité, Alcyon et Dooxy sont les premiers mécènes), des adhésions individuelles (clients, ASV, particuliers...), des dons et legs...

Vetericare se fixe un objectif de 100 adhésions d'établissements de soins vétérinaires d'ici la fin de l'année. Celles-ci sont déjà possibles sur le site Internet www.vetericare.fr. M.J.

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1562

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants