Influenza aviaire : mises en place de volailles interdites dans une partie du Sud-Ouest jusqu'au 7 janvier

Ces mesures de protection renforcées « pourront être prolongées, au vu de l'évolution de la situation sanitaire ».

© Pixarno - Fotolia.com

Prophylaxie

Devant la multiplication des cas d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) dans le Sud-Ouest, « la mise en place de volailles d'un jour, toutes espèces confondues, sera interdite jusqu'au 7 janvier » dans un périmètre de 20 km autour des foyers, annonce le ministère de l'Agriculture dans un communiqué le 30 décembre. Ces mesures de protection renforcées « pourront être prolongées, au vu de l'évolution de la situation sanitaire ».

« Ces mesures de prévention s'appliquent dans un périmètre plus étendu que celui des zones réglementées actuelles, dans le but de limiter les risques de contamination dans une zone d'élevage à risque élevé de diffusion du virus, du fait du nombre important d'élevages dans la zone » , justifient les autorités.

Dans cette nouvelle zone réglementée, les mouvements de volailles « respecteront un protocole sanitaire permettant de garantir l'absence de diffusion de la maladie ».

Mesures conformes à la feuille de route

Par ailleurs, les couvoirs « dont les oeufs à couver devront être détruits » et les éleveurs « qui devront maintenir un vide sanitaire » bénéficieront d'un « dispositif d'accompagnement économique ».

Ces mesures ont été prises « conformément aux principes d'anticipation et de gestion des risques définis dans la feuille de route » signée en juillet, précise la Rue de Varenne.

Depuis le premier cas découvert dans le Sud-Ouest, de type H5N1, le 16 décembre, dans le Gers, à Manciet (https://bit.ly/3zmgjxe), « 22 nouveaux foyers ont été identifiés dans les Pyrénées-Atlantiques, le Gers et les Landes ». Autour de ces foyers ont été instaurées les habituelles zones de protection (3 km) et de surveillance (10 km), dans lesquelles les mouvements de volailles sont interdits.

Environ 600 000 à 650 000 volailles auraient été abattues depuis le début de l'épisode d'IAHP, selon le ministère. M.J.

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1600

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants