Une étude démontre la présence de l'herpèsvirus équin de type 3 en France

Manifestation clinique de l'exanthème coïtal chez un mâle.

© S. Brau

A l'origine d'une maladie vénérienne très contagieuse, l'exanthème coïtal équin n'étant pas à déclaration obligatoire, l'herpèsvirus équin 3 est peu surveillé en France. Une étude rétrospective sur 11 ans réalisée à Labéo a pourtant montré qu'il circulait...

VOUS AVEZ DEJA UN COMPTE

CONNECTEZ-VOUS

J'ai oublié mes identifiants
VOUS N'AVEZ PAS DE COMPTE

ABONNEZ-VOUS


Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants