Un cas de brucellose bovine dans un élevage de Haute-Savoie

La maladie avait déjà fait l'objet d'une résurgence en 2012 à partir d'un foyer d'infection persistant dans les populations de bouquetins du massif du Bargy. Les mesures de surveillance avaient été renforcées (ici, prélèvement sanguin sur un bouquetin mâle du massif du Bargy).

© OFB

Épidémiologie

Un cas de brucellose bovine a été confirmé, le 9 novembre, dans une exploitation laitière de Haute-Savoie, a informé le 10 novembre le ministère de l'Agriculture.

« Cette maladie, dont la France est officiellement indemne depuis 2005, avait déjà fait l'objet d'une résurgence en 2012 à partir d'un foyer d'infection persistant dans les populations de bouquetins du massif du Bargy. La surveillance de la brucellose était, depuis cette époque, fortement renforcée sur les troupeaux laitiers de la zone, ce qui a permis la détection précoce de ce nouveau cas », précisent les autorités.

Précautions prises dès la suspicion

Compte tenu des risques de contaminations humaines via la consommation de produits laitiers frais au lait cru ou après contact direct avec des animaux atteints de brucellose, « des mesures de précaution ont été prises immédiatement, dès les premières analyses suspectes le 20 octobre dernier », informent-elles. « En particulier, le lait du troupeau a été depuis cette date exclusivement destiné à la fabrication de produits pasteurisés, dénués de tout risque de transmission de la maladie. »

« La brucellose peut se manifester par des symptômes variés et peu spécifiques : une fièvre supérieure à 38 °C, des douleurs articulaires et musculaires, de la fatigue, une sensation de malaise, des maux de tête... », rappelle le ministère

Ces symptômes peuvent s'observer dans un délai d'une semaine à un mois suivant la contamination et peuvent être parfois très discrets. Il existe une forme chronique qui peut apparaître plusieurs semaines à plusieurs mois après l'infection, qui se manifeste par des douleurs très invalidantes localisées aux articulations ou à certains organes.

« Les personnes qui auraient consommé ces fromages sans les cuire ou les fondre et qui présenteraient des symptômes sont invitées à consulter leur médecin traitant en lui signalant cette consommation », soulignent les autorités.

Éradication obligatoire

Conformément au règlement UE 689/2020 et à l'arrêté ministériel du 22 avril 2008, l'ensemble des bovins du cheptel contaminé devra être abattu, la brucellose en élevage de bovins étant une maladie à éradication obligatoire.

Des enquêtes épidémiologiques sont conduites pour comprendre l'origine de la contamination de ce cheptel. Les travaux sur la contamination par la faune sauvage sont en cours.

« Des actions seront conduites à très court terme pour renforcer la stratégie de surveillance et de lutte mise en place depuis 2012, en vue de rechercher l'éradication de cette maladie au sein de la faune sauvage, dans un objectif de préservation de la santé humaine et animale », précise le ministère. M.J.

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1594

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants