Loi de finances : poursuite du plan de renforcement des écoles vétérinaires

Les promotions des quatre écoles nationales vétérinaires vont être portées à 180 étudiants en favorisant la diversité sociale et géographique des étudiants.

© Communication ENVT

Budget

Le projet de loi de finances pour l'année 2023 a été présenté le 26 septembre. Il prévoit de doter le ministère de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire d'un budget de près de 6 milliards d'euros, soit une augmentation de 20 % par rapport à la loi de finances 2022.

L'axe n° 2 du budget porte sur la capacité à prévenir et réagir face aux risques sanitaires grâce à « une augmentation significative des moyens du ministère dans les domaines de la sécurité sanitaire des aliments, de la santé et de la protection animales, de la santé des végétaux et de la qualité de l'alimentation, avec 655 millions d'euros, soit une hausse de 7 % » .

« Au titre de l'entrée en application de la loi de santé animale (LSA), la Direction générale de l'alimentation poursuit ses travaux réglementaires visant à adapter le système juridique français, avec l'adoption des décrets d'application prévue pour la fin d'année 2022 », précise le ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau.

Un budget complémentaire de 9,4 millions d'euros est ainsi mobilisé par le ministère à compter de 2023 pour garantir la mise en oeuvre de la LSA.

Dispositifs d'indemnisation pour l'influenza

Concernant l'influenza aviaire, « conformément aux engagements pris par l'État dès le début de la crise à l'automne 2021, les acteurs des filières touchées vont bénéficier de plusieurs dispositifs d'indemnisation des pertes financières subies pendant l'épisode de 2021-2022. Ces dispositifs représentent une enveloppe globale prévisionnelle de près de 1 milliard d'euros pour l'ensemble des filières, dont 245 millions d'euros sur le volet sanitaire » .

L'axe n° 3 du budget concerne la formation des jeunes et l'innovation. Dans ce domaine, le ministère confirme « la poursuite du plan de renforcement des écoles nationales vétérinaires (ENV) avec des moyens pour 2023, 2024 et 2025. Les promotions des quatre ENV vont être portées à 180 étudiants en favorisant la diversité sociale et géographique des étudiants » , cette augmentation visant à faire face à la pénurie de vétérinaires. 

D'autre part, « pour maintenir des conditions de formation de qualité, les ENV bénéficieront d'une dotation d'État de 8 ETPT supplémentaires d'enseignants ou praticiens hospitaliers par an sur 2023-2025 et pourront renforcer leurs équipes pédagogiques et techniques en ayant les moyens de recruter 12 agents supplémentaires par an sur 2023-2025. Par ailleurs, leurs équipements pédagogiques, scientifiques et hospitaliers bénéficieront d'investissements conséquents, notamment dans le cadre des contrats de plan État-région, en lien avec les niveaux d'exigences européens ». M.L. 

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1632

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants