Le marché des produits de santé animale retrouve des couleurs en 2018

© D.R.

Michel JEANNEY

Économie

Après une année 2017 atone liée aux contre- performances du secteur des animaux de rente, le marché des produits de santé animale chez les ayants droit du médicament vétérinaire progresse nettement en 2018 avec + 3,02 %. Tous les secteurs sont en hausse.

L'AIEMV* a rendu publiques, le 25 juin, ses données annuelles 2018 sur le marché des produits de santé animale chez les ayants droit du médicament vétérinaire.

L'organisation compte un nouvel adhérent, Audevard, dont les données avant 2016 n'ont pas pu être prises en compte, ce qui explique que les données historiques affichées sont limitées à 2016 (voir tableaux).

Vigueur du secteur Animaux de compagnie

Après une année 2017 en demi- teinte (bonne santé du secteur Animaux de compagnie, recul du secteur Animaux de rente), le marché 2018 retrouve des couleurs avec une croissance de 3,02 % du chiffre d'affaires total par rapport à l'année précédente. 2017 enregistrait une stagnation à + 0,95 %.

Ce bon résultat est principalement dû à la vigueur du secteur des animaux de compagnie (+ 5,54 % hors petfood) mais aussi au secteur des animaux de rente qui renoue avec la croissance, modestement toutefois : + 1,21 % (- 2,55 % en 2017).

Le secteur équin affiche également une bonne performance (+ 4 %) alors qu'il était atone en 2017 (+ 0,17 %).

Le petfood stagne à + 0,90 % (+ 1,72 % en 2017).

La filière Ruminants à la traîne

Chez les animaux de rente, ce sont surtout les filières porcine et Volailles qui tirent le secteur (respectivement + 2,13 % et + 2,28 %) alors que la filière Ruminants fait du sur place (+ 0,72 % après deux années de recul).

D'année en année, les divergences d'évolution observées dans ces secteurs influent évidement sur leur part de marché respective.

En 2018, pour la première fois, le secteur des animaux de compagnie hors petfood (40,82 %) prend l'ascendant sur celui des animaux de rente (40,03 %) en termes de part de marché.

En incluant le petfood, les animaux de compagnie pèsent désormais 55,39 % du chiffre d'affaires total du marché des produits de santé animale (base AIEMV).

Parallèlement, la part de marché du secteur des animaux de rente ne cesse de régresser, le passage symbolique en dessous de la barre des 50 % ayant eu lieu en 2010.

Les vaccins en tête

Quant aux produits équins, ils préservent la leur, scotchée à plus de 4 % (4,58 % en 2018, 4,54 % en 2017).

L'analyse des évolutions par classe thérapeutique révèle que toutes les catégories progressent en 2018, à l'exception des endectocides (- 2,21 %). La plus forte croissance est enregistrée par les vaccins (+ 5,01 %).

Le marché total est estimé à 1 472 millions d'euros en 2018 (base AIEMV). Ce chiffre d'affaires reste en deçà de celui enregistré en 2014 (1 483 millions d'euros) après une année 2015 qui s'était soldée par un recul historique de 7,73 %, du fait notamment des changements de conditions de ventes des antibiotiques au 1er janvier 2015.

Les cinq premiers laboratoires font 60,5 % du marché des produits de santé animale à fin 2018 (petfood compris), les dix premiers 90,5 %.

Parmi les ayants droit, les vétérinaires affichent une part de marché de 79,07 %, soit une hausse de 3,27 %, après une légère érosion en 2017 (- 0,46 %).

* L'Association interprofessionnelle d'étude du médicament vétérinaire (AIEMV) réalise des statistiques et des études sur les ventes de produits commercialisés par les ayants droit adhérents : laboratoires et distributeurs. Les produits pris en compte sont les médicaments vétérinaires (produits soumis à AMM) et les produits de santé animale hors AMM (= produits d'hygiène, suppléments nutritionnels, aliments animaux de compagnie, parapharmacie vétérinaire...). Les quantités commercialisées (y compris les produits gratuits) dans le circuit des ayants droit du médicament vétérinaire sont déclarées à l'AIEMV puis valorisées selon un tarif conventionnel. Les chiffres obtenus ne reflètent pas les chiffres d'affaires réels mais fournissent une très bonne indication des quantités consommées, des tendances et des évolutions du marché France (DOM- TOM compris). Les statistiques de l'AIEMV reprennent les ventes de ses adhérents et ne sont donc pas exhaustives. Il s'agit des statistiques d'achats des ayants droit qui ne présagent pas des délivrances aux utilisateurs.

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1491

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants