Faune sauvage : seuls les soins d'urgence sont autorisés dans un établissement vétérinaire

© Ernstboese - Fotolia.com

« Un établissement vétérinaire ne peut que prodiguer des soins d'urgence aux animaux de la faune sauvage pour mettre fin à leurs souffrances ou permettre de les diriger vers un centre de sauvegarde », rappelle* l'Ordre des vétérinaires dans sa newsletter du 21 octobre. « La santé des animaux sauvages relève de par la loi de la compétence des centres de soins à la faune sauvage », explique-t-il. Ainsi, l'arrêté du 11 septembre 1992 (https://bit.ly/3jrbjRp) fixe les règles générales de fonctionnement et les caractéristiques des établissements qui pratiquent des soins sur les animaux de la faune sauvage. Ce texte indique notamment que « les établissements conformes aux dispositions du présent arrêté sont seuls habilités à héberger, soigner et entretenir les animaux de la faune sauvage momentanément incapables de pourvoir à leur survie dans le milieu naturel (...) ». L'Ordre précise qu'un guide des soins à la faune sauvage avec des conseils pratiques est disponible sur son site Internet (https://bit.ly/3GasWPc).

* Circulaire du 12 juillet 2004 relative au suivi des activités des centres de sauvegarde pour animaux de la faune sauvage : « Après leur avoir prodigué des soins, le vétérinaire devra impérativement acheminer ou faire acheminer ces animaux vers un centre de sauvegarde autorisé » (disponible à l'adresse https://bit.ly/3nd85C6).

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1597

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants