Covid-19 : les vétérinaires autorisés à vacciner sur la base du volontariat

L'intervention du vétérinaire, en centre de vaccination, s'effectue « sous la responsabilité d'un médecin pouvant intervenir à tout moment ».

© Thodonal - Fotolia.com

Michel JEANNEY

Santé publique

Un décret publié le 27 mars, d'application immédiate, assorti d'un arrêté définissant notamment les règles d'indemnisation, autorise les vétérinaires volontaires à pratiquer la vaccination contre la Covid-19. Les modalités pratiques permettant aux vétérinaires de se porter volontaires à être vaccinateurs ne sont pas encore connues.

Annoncé par les autorités quelques jours auparavant et après avis positif de la Haute autorité de santé, un décret du 26 mars* autorisant les vétérinaires à vacciner avec d'autres professions contre la Covid-19 a été finalement publié le 27 mars et entre en vigueur le jour de sa publication.

Leur intervention, en centre de vaccination, basée sur le volontariat, s'effectue « sous la responsabilité d'un médecin pouvant intervenir à tout moment » et est conditionnée au suivi d'une « formation spécifique à la réalisation de cet acte, dispensée et attestée par un professionnel de santé formé à l'administration des vaccins ».

Favoriser la vaccination des vétérinaires

« Le ministère de la Santé doit encore se prononcer sur une demande de bon sens portée par le SNVEL** et l'Ordre des vétérinaires : l'éligibilité de la profession vétérinaire à rejoindre les professions dont la vaccination est une priorité », commentent, dans un communiqué commun du 27 mars, le président du Cnov***, Jacques Guérin, le président du SNVEL, Laurent Perrin, et le chef de corps des inspecteurs de santé publique vétérinaire (ISPV), Jean-Luc Angot.

Un arrêté publié le même jour détaille les règles d'indemnisation : « 160 euros par demi-journée d'activité d'une durée minimale de quatre heures et 180 euros par demi-journée d'activité effectuée le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés. En cas d'intervention inférieure à quatre heures, le forfait est égal à 40 euros par heure ou 45 euros le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés ».

Cette indemnisation est inférieure à celle des infirmiers (220 euros par demi-journée), des médecins (420 euros par demi-journée) et des chirurgiens-dentistes (280 euros par demi-journée).

« Des demandes de précision sont en cours pour mieux qualifier les montants d'indemnisation prévus, notamment au regard des charges sociales », précise le communiqué commun Ordre-SNVEL-ISPV.

« L'Ordre et le SNVEL restent en attente de connaître les modalités pratiques permettant aux vétérinaires de se porter volontaire à être vaccinateur. Il est évoqué une plate-forme d'enregistrement en ligne (pas encore opérationnelle) ainsi qu'un modus operandi de mise en relation avec l'Agence régionale de santé et la plate-forme Ressources humaines du centre de vaccination le plus proche de chaque volontaire. »

Une formation réduite

Selon les trois organisations, « une formation des vétérinaires volontaires est prévue (e-learning - accompagnement sur les premières vaccinations) tout en considérant que les compétences acquises par les vétérinaires en matière de vaccination conduisent à un besoin de formation qualifié de réduit ».

L'Ordre et le SNVEL indiquent qu'ils « communiqueront toute information utile dès lors qu'elles seront transmises par le ministère de la Santé ».

« S'agissant des vétérinaires de la fonction publique, et notamment ceux qui sont ISPV, qui sont déjà très nombreux à s'être portés volontaires, les conditions et modalités pratiques de leur intervention seront précisées. »

« La question centrale et essentielle de l'éligibilité des vétérinaires à être vaccinés portée avec force par l'Ordre et le SNVEL reste encore en attente d'arbîtrage par les services du ministère de la Santé », précisent les organisations professionnelles vétérinaires.

Une décision personnelle

« L'engagement volontaire à répondre favorablement à la demande de l'Etat est une décision éminemment personnelle au vu des modalités exposées par le gouvernement et dont l'Ordre et le SNVEL se font le relais », concluent-elles.

Dans un avis du 25 mars, rendu public le 26 mars, la Haute autorité de santé avait confirmé**** que les dentistes (en ville et en centres de vaccination) et les vétérinaires (en centres de vaccination) allaient s'ajouter à la liste des professionnels pouvant vacciner contre le coronavirus. D'autres catégories de professionnels de santé sont concernées par cet élargissement, comme les pharmaciens de laboratoires d'analyses.

Dans cet avis, elle « recommande que les pharmaciens et les vétérinaires puissent procéder à l'intégralité de l'administration du vaccin, y compris la préparation des doses ».

Jusqu'à présent, seuls certains professionnels de santé parmi lesquels les médecins, les infirmiers, les sages-femmes, les pharmaciens et les pompiers pouvaient injecter des vaccins contre la Covid-19.

Une suggestion de Loïc Dombreval

L'idée d'associer les vétérinaires à la campagne de vaccination avait été suggérée par notre confrère député Loïc Dombreval dans un courrier adressé, le 8 mars, au ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran (lire DV n° 1565).

Selon le député, cette possibilité de vaccination contre la Covid-19 par les vétérinaires « est légitimée par leurs compétences et leur volonté de participer à la lutte contre la propagation de cette maladie qui nécessite la mobilisation de toutes les forces sanitaires de notre pays ».

« Si nous devions être confrontés à un manque de professionnels pour vacciner, faire appel aux vétérinaires volontaires parmi la réserve sanitaire permettrait de répondre à la volonté affichée par le gouvernement d'accélérer la campagne vaccinale », avait-il conclu en ajoutant que l'Argentine, le Canada et certains États américains avaient déjà pris « cette décision pragmatique ».

Selon la Haute autorité de santé, les nouvelles mesures d'élargissement permettront à 252 000 professionnels supplémentaires (dont les vétérinaires) de pouvoir procéder à la vaccination.

* A l'adresse : https://bit.ly/39n8N9P.

** SNVEL : Syndicat national des vétérinaires d'exercice libéral.

*** Cnov : Conseil national de l'Ordre des vétérinaires.

**** Communiqué disponible à l'adresse https://https://bit.ly/3lTxT5a.

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1568

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants