Campagne Ensemble Prévention Covid : passer du soin à la santé 

Le président du SNVEL, notre confrère Laurent Perrin, a été interrogé sur l'association des vétérinaires à la gestion de la crise Covid-19.

© Anne Daumas

Maud LAFON

Communication

Soutenant l'idée que la prévention est un levier majeur pour sortir de la crise Covid, la campagne Ensemble Prévention Covid, initiée par le média Opinion internationale et qui a reçu le soutien du SNVEL*, a organisé un troisième talk, le 17 mars, sur ce sujet de santé publique. Les intervenants, tous des professionnels de la santé dans son acception la plus large, ont appelé à revoir le système de santé en y laissant une plus large place à la prévention.

Pour son troisième rendez-vous virtuel, la campagne Ensemble Prévention Covid, initiée par Opinion internationale et qui a notamment pour partenaires le SNVEL* et l'UNAPL** (lire DV n° 1558), a réuni plus de 220 personnes, le 17 mars, en soirée, sur le sujet transversal qui sous-tend son action, la prévention, avec comme volonté de se diriger vers « un Matignon de la santé publique et de la prévention ».

Une quinzaine d'intervenants, dont notre confrère Laurent Perrin, président du SNVEL, ont donné leur avis sur cette proposition et rappelé l'importance d'une approche pluridisciplinaire pour prévenir des pandémies comme celle de la Covid-19.

« Comment mobiliser la santé publique et plus particulièrement la prévention est un sujet dont on ne parle pas assez », a estimé Michel Taube, fondateur du média Opinion internationale , en précisant que « la prévention n'était pas l'affaire uniquement des professionnels de santé mais de toute la société ».

Le psychiatre Nicolas Franck a rappelé que la santé, telle qu'elle est définie par l'Organisation mondiale de la santé, n'était pas seulement synonyme d'absence de maladies mais revêtait une dimension plus large d'accès au bien-être, y compris sur le plan mental.

Médecine vétérinaire oubliée

La prévention consiste à intervenir en amont et à anticiper.

Concernant la vaccination, Philippe Vermesch, président du Syndicat des médecins libéraux, a confirmé que le nombre de doses allait augmenter de manière exponentielle d'ici avril-mai et que « l'ensemble des professionnels de santé de proximité devront être mis à contribution ».

A ce propos, il a déploré qu'un secteur soit « oublié » : la médecine vétérinaire. « La prévention est un tout qui doit intégrer les vétérinaires », a-t-il insisté.

Il espère aboutir à terme à un « vaccin universel », à administrer annuellement, qui prennent en compte les variants du Covid-19 et soit combiné avec la grippe. Il a précisé que les études médicales intégraient très peu le volet prévention.

Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats de pharmaciens de France, a appelé à la proclamation d'une grande loi de la santé publique et à la création d'un secrétariat d'Etat à la santé publique qui s'occupe de la prévention et redéploye les professionnels de santé sur ces missions de prévention, de façon à modifier le comportement général de la population.

Pandémies récurrentes qui s'annoncent

Pour Daniel Guillerm, président de la Fédération nationale des infirmiers, « on n'aura de toute façon pas le choix au vu des pandémies récurrentes qui s'annoncent dans les années à venir ».

« Il serait préférable que ce secrétariat d'Etat à la prévention soit rattaché au Premier ministre et non au seul ministère de la Santé pour ne pas se retrouver dans la même configuration d'un ministère de la Santé à la manoeuvre et pour lequel le concept One Health est parfaitement étranger » , a complété notre confrère Laurent Perrin, pour qui la complémentarité de vision est essentielle, se félicitant que « le concept One Health devienne pratique, en France et dans le monde, avec cette pandémie ». « Le ministère de la Santé doit s'envisager au-delà du ministère des Soins » , a-t-il ajouté. L'économiste Frédéric Bizard a confirmé que la France avait un excellent système de soins mais en était restée à cette étape, sans se préoccuper davantage de la prévention. Il faut, selon, lui repenser le modèle de santé et l'intégrer à une approche interministérielle centrée sur le ministère de la Santé et pas du Soin.

Un vétérinaire au conseil scientifique Covid-19

Pour Laurent Perrin, l'arrivée d'un vétérinaire, Thierry Lefrançois, au conseil scientifique Covid-19 (lire DV n° 1562 et 1563) « est un bon signal même s'il est tardif » et cette intégration est légitimée par « l'approche plus large de gestion des populations et des épidémies à laquelle les vétérinaires sont habitués ».

Interrogé sur la question des chiens renifleurs du Covid-19, il a rappelé que leur déploiement n'avait fait l'objet que d'expérimentations, conclusives, mais qu'ils n'étaient pas encore utilisés à grande échelle en France alors que cela commence à être le cas dans d'autres pays.

Autre acteur majeur de la prévention selon Ghislaine Alajouanine, présidente de l'Académie francophone de télémédecine et e-santé, « la télémédecine est une indispensable « mesure barrière » dans le cadre de la pandémie de Covid-19 ». Elle qui défend ce mode d'exercice, « qui ne remplace pas l'examen clinique mais permet de faire voyager les données plutôt que les patients, de rompre l'isolement, d'accompagner l'ambulatoire, de désengorger les urgences et de permettre un accès équitable aux soins », depuis les années 1990 se réjouit de son développement révolutionnaire.

Principe de précaution

En conclusion, Laurent Munerot, vice-président de l'U2P, a appelé à ne pas confondre prévention et principe de précaution et a regretté, qu'aujourd'hui, le second prédomine sur le premier.

« On arrive à l'excès inverse. Or, dans le cas de la vaccination, le principe de précaution peut être meurtrier », a ajouté Daniel Guillerm, en évoquant la situation du retrait provisoire du marché du vaccin Astra Zeneca.

Michel Taube a annoncé que la pétition mise en place au début de la campagne Ensemble Prévention Covid et intitulée « Je vote prévention » serait relancée le 22 mars et diffusée dans les réseaux partenaires, dont le réseau vétérinaire. Elle est en ligne à l'adresse : www.ensemblepreventioncovid.fr.

* SNVEL : Syndicat national des vétérinaires d'exercice libéral.

** UNAPL : Union nationale des professions libérales. 

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1567

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants