Appel pour un plan d'urgence en faveur des grands singes

Mis à  jour le mercredi 11 avril 2018 à 15:36
Cinq personnalités sont à l'origine d'une lettre ouverte et d'une pétition adressée au gouvernement pour la sauvegarde des grands singes. De gauche à droite : Yann Wehrling, conseiller de Paris et conseiller régional d'Ile-de-France, Laurence Parisot, présidente d'honneur du Medef, Nathalie Baye, actrice, Patrick Roger, chocolatier et sculpteur, notre consoeur Sabrina Krief, primatologue et professeure au Muséum national d'histoire naturelle. Cinq personnalités sont à l'origine d'une lettre ouverte et d'une pétition adressée au gouvernement pour la sauvegarde des grands singes. De gauche à droite : Yann Wehrling, conseiller de Paris et conseiller régional d'Ile-de-France, Laurence Parisot, présidente d'honneur du Medef, Nathalie Baye, actrice, Patrick Roger, chocolatier et sculpteur, notre consoeur Sabrina Krief, primatologue et professeure au Muséum national d'histoire naturelle. M.L.

Biodiversité

Aux côtés de notre consoeur Sabrina Krief, primatologue et professeure au Muséum national d'histoire naturelle, quatre personnalités - Nathalie Baye, actrice, Laurence Parisot, présidente d'honneur du Medef*, Patrick Roger, chocolatier et sculpteur, Yann Wehrling, conseiller de Paris et conseiller régional d'Ile-de-France - s'engagent et lancent un appel au gouvernement " pour que la France mette en place un plan d'urgence pour sauver les grands singes de l'extinction ".

" Depuis 50 ans qu'on étudie les grands singes, 70 % de leur population a disparu ", a souligné Sabrina Krief en rappelant l'existence de sept espèces de grands singes, dont un orang outan découvert à Sumatra il y a quelques mois et déjà en danger d'extinction.

Empathie, comportements sociaux et culturels, utilisation d'outils et de plantes médicinales..., les humains partagent plus que 98 % de gènes avec ces animaux.

Lutter contre la déforestation

La principale menace qui pèse sur leur survie est la disparition de leur habitat, constitué exclusivement de forêts tropicales. 10 millions d'hectares de forêt sont déforestés chaque année au profit de monocultures industrielles de palmiers à huile, de canne à sucre, de thé... avec, en dangers collatéraux, l'impact des pesticides utilisés. " Un tiers des chimpanzés présents en Ouganda sont atteints de malformations faciales liés à ces intrants ", a constaté notre consoeur.

Autre menace majeure, le braconnage autour du trafic de viande de brousse et de la vente d'animaux vivants est responsable de la disparition de 4 000 grands singes chaque année.

Pour lutter contre leur extinction programmée, le collectif propose dix actions concrètes : mettre en place une structure d'accueil de la faune sauvage saisie à Roissy et stopper le trafic de viande de grands singes en France, interdire formellement leur utilisation dans les spectacles, les cirques, les émissions..., augmenter le recyclage des produits issus de l'habitat des grands singes, orienter et accroître l'aide publique vers les pays qui protègent et restaurent les forêts, encourager et soutenir la recherche scientifique, etc.

Toutes ces actions nécessitent de mobiliser des fonds. M.L.

Encore plus d'infos !

Site Internet : www.sauvonslesgrandssinges.org

* Medef : Mouvement des entreprises de France.